Categories

7 au hasard 16 octobre 2013 : Les requins ont eu son chapeau ! - 6 juin 2016 : « Qui est Réunionnais ? » - 21 janvier 2015 : NRL : rien n’est irréversible - 5 juin 2014 : Maïs créole contre maïs OGM - 22 janvier : Coup-de-poing américain... pour enfant - 21 septembre 2013 : La Friche de la Belle de Mai entre en transe - 5 décembre 2013 : Didier Robert, grand communicateur - 3 juillet 2016 : Olivier Bancoult : « Chagos, terre des Chagossiens » - 3 octobre 2013 : Les Réunionnais sont-ils écoutés ? - 16 juillet 2015 : Europe-Grèce : refuser de participer à la farce -

Accueil > Le monde > Dette : îles grecques à vendre

Dette : îles grecques à vendre

Le monde
3 février 2013

La mort d’Achille

« On vous donne du fric, donnez-nous Corfou  » titrait en mars 2010 le quotidien allemand Bild. Vulgaire, la formule avait le mérite d’illustrer un point de vue fort répandu dans les cercles de pouvoir berlinois. « L’Etat grec doit vendre des propriétés foncières, comme par exemple des îles inhabitées » déclarait le deputé FPD (Libéral) Franck Schäffler. « Si l’Union européenne, donc l’Allemagne (sic) venait à aider la Grèce, il faudrait des garanties (…) quelques îles feraient l’affaire » déclarait pour sa part Marco Wanderwitz, membre de la CDU d’Angela Merkel.

L’injonction a été entendue par Athènes, qui espère par la cession du foncier public atteindre 50% des objectifs de son plan de privatisation. Avant hier, le Fonds pour la privatisation (ΤΑΙΠΕΔ ou TAIPED) a annoncé avoir souscrit à l’offre d’investisseurs basés à New-York, en vue de d’un vaste projet immobilier à Kassiopi, dans l’Ouest de l’île ionienne de Corfou. La société NHC Incorporated se voit accorder un « droit d’usage » d’une durée de 99 ans sur une étendue de 36.000 mètre carrés, dont l’Etat conserve la propriété.

L’opération, d’un type inédit depuis 15 ans, s’annonce fort lucrative pour son bénéficiaire. Fin 2012, un appartement de 100 mètres carrés se vendait 400.000 euros sur l’île de Corfou, où le mètre carré constructible se négocie entre 2.000 et 2.500 euros. Spécialisé dans l’immobilier et l’agribusiness, NHC Inc gère un ensemble de biens répartis dans le monde, d’une valeur estimée à 3,5 milliards de dollars. Le TAIPED a établi une liste d’une quarantaine d’îles destinées à faire l’objet de mesures de privatisation comparables. Perçue comme une vente à vil prix du territoire national, cette politique est critiquée tant par l’opposition que par les associations d’insulaires, inquiètes de la confiscation du littoral par les complexes immobiliers privés.

Geoffroy Géraud Legros

Réagissez à cet article

comments powered by Disqus